Accueil arrow Réflexions et témoignages arrow Pages des religions arrow Catholiques arrow Textes des représentants des communautés chrétiennes

Communiqués

- Annonces : Cliquer

 

- Déclaration des Responsables de culte en France, sur le climat.

 

- Archives : 9e Assemblée mondiale de Religions pour la Paix - Déclaration finale : "Accueillir l'autre."

 

- Texte de la Conférence de Mgr André DUPLEIX* : "L'Art, comme déchiffrage du mystère de l'humanité" .

* Administrateur de Religions pour la Paix
Recteur honoraire de l’I.C.  de Toulouse
Professeur à l’Institut Catholique de Paris

 

Quelques livres

Liste de livres et de CD
Textes des représentants des communautés chrétiennes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail


Commémoration interreligieuse à Cergy, le 11 novembre 2014

 

1- Contribution du Père Jean-Marc Pimpaneau, Curé de Cergy,  à propos du texte de Jaurès

 

Image

  Faisons résonner quelques mots et expressions de ce texte de Jean Jaurés.
Les mots : coopération, initiative, responsabilité, énergies, action commune, avènement, justice réelle, communauté humaine, conscience, vastes renouvellements, …

Comment ne pas adhérer à cet idéal, … à cette vision si haute de l’avenir humain.
Oui, ces mots rejoignent nos aspirations les plus profondes et les plus pures, nos aspirations à la concorde et à la paix.
Il y a bien là une recherche d’absolu, une recherche d’un nouveau mode de relation pour nos sociétés… plus harmonieux, … plus coopératif.

En un mot une recherche … d’amour universel.

Nous pouvons nous interroger sur l’origine profonde de cette recherche d’absolu et d’harmonie.
N’a-t-elle pas son origine … dans notre origine ?

Dans notre existence marquée par l’expérience de la finitude et de la mort, comment même concevoir l’absolu
si nous ne venons pas de l’Absolu ?

Dans notre monde marqué dit Jaurés par « l’état de concurrence brutale et de conflit » comment même concevoir l’harmonie si nous ne venons pas de l’Harmonie ?

Dans nos vies personnelles animées si souvent par, je cite, « les puissances instinctives » comment pouvoir concevoir l’amour si nous ne venons pas de l’Amour ?

« L’Homme passe infiniment l’Homme » disait le savant Blaise Pascal. Les Pensées (Fragments contrariété n°14/14)
Oui il y a dans l’être humain une transcendance, … la marque d’une transcendance.

Jaurés évoque « les hautes possibilités du monde ». Mais d’où viennent-elles ?

Et ce sens de la hauteur, d’où nous vient-il ?

Ne pouvons-nous pas reconnaître dans nos aspirations les plus hautes, notre origine la plus haute ?

Notre humanité peut-elle travailler à un avenir commun si elle ne reconnait pas son origine commune ?

En d’autres termes, peut-on imaginer une fraternité universelle … sans concevoir … une paternité universelle ? …



En introduction du moment musical je vous propose d’écouter saint Francois d’Assise

dans sa quête de paix et de réconciliation


"Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,

Là où est la haine, que je mette l'amour.
Là où est l'offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l'union.
Là où est l'erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l'espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

 

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu'à consoler,
à être compris qu'à comprendre,
à être aimé qu'à aimer.

Car c'est en se donnant qu'on reçoit,
c'est en s'oubliant qu'on se retrouve,
c'est en pardonnant qu'on est pardonné,
c'est en mourant qu'on ressuscite à l'éternelle vie."

 

 

2- Contribution des responsables de l'Eglise Protestante Unie ( E.P.U.) de Cergy

 

Jean-Charles Riffaud : Président du Conseil pastoral :

 

 

Image

"Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?" chantait Jacques Brel.

Le 28 juin 1914, un nationaliste serbe, Gavrilo Princip, assassine l'archiduc d'Autriche. François-Ferdinand avait le projet de créer un royaume slave dans l'empire d'Autriche-Hongrie : libérer, fédérer les peuples. Ce rêve doit être assassiné. Les passions se déchaînent. Après les guerres balkaniques de 1912 et 1913, où la Serbie, armée par la France, a battu la Turquie puis la Bulgarie, les gouvernements pensent la guerre comme une solution.

Jaurès, orateur, avocat, député, journaliste, écrit et parle contre la guerre, pour la réconciliation entre Allemands et Français. Le 28 juillet, l'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie. Le 31 juillet, à la terrasse d'un café parisien, Jaurès est assassiné par un nationaliste, Raoul Villain. Jaurès est-il le premier mort français de la guerre ? Le 3 août, l'Allemagne déclare la guerre à la France.


"Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font" disait Jésus lorsqu'ils le crucifièrent (Evangile de Luc, chapitre 23, verset 34).


Raoul Villain ne savait pas ce qu'il faisait. La propagande désignait Jaurès comme un traître à la nation, un "Boche" !! Les chefs de l'armée croyaient que la guerre durerait trois semaines. Tous étaient inconscients, incapables d'imaginer le désastre, la destruction de la civilisation, deux guerres mondiales, les totalitarismes communistes, fascistes, nazi, les génocides des Juifs et des Tsiganes - puis, plus tard, la guerre de Yougoslavie. La mort et la honte. Incapables aussi d'imaginer ou de penser la réconciliation entre Français et Allemands, et l'évolution en profondeur du peuple allemand et de ses gouvernants chrétiens vers la démocratie, la paix, la construction européenne. Jaurès, le prophète, a eu raison trop tôt.

Pardonner aux assassins, Gavrilo Princip, Raoul Villain, prier pour les assassins ? Ce peut être perçu comme un scandale ou une folie. Mais travailler et prier pour la réconciliation entre les peuples, pour la Paix, c'est le seul chemin de vie. L'autre chemin, le chemin de la mort, c'est désigner comme ennemi l'autre, l'étranger, celui qui ne parle pas ou qui ne prie pas comme nous ; c'est répéter, génération après génération, la peur, la colère, la vengeance, l'assassinat, la guerre.


Après Jaurès, parlons et prions pour la paix. Pardonnez-moi si je prie pour demander à Dieu s’il peut pardonner à Raoul Villain et Gavrilo Princip, car ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient. Avec vous, à vos côtés, en votre compagnie, chers concitoyens de toutes croyances, de toutes religions, nous prions le Seigneur, qu'Il nous inspire des pensées, des actes, une vie pour la Paix.

 

 

 

 
Suivant >
Joomla! is free software released under the GNU/GPL-License.
Joomla Template Design Copyright Kanga Internet 2008