Accueil arrow Réflexions et témoignages arrow Education à la paix arrow Comprendre l'hécatombe et l'enfer du soldat de la première guerre mondiale

Communiqués

- Annonces : Cliquer

 

- Déclaration des Responsables de culte en France, sur le climat.

 

- Archives : 9e Assemblée mondiale de Religions pour la Paix - Déclaration finale : "Accueillir l'autre."

 

- Texte de la Conférence de Mgr André DUPLEIX* : "L'Art, comme déchiffrage du mystère de l'humanité" .

* Administrateur de Religions pour la Paix
Recteur honoraire de l’I.C.  de Toulouse
Professeur à l’Institut Catholique de Paris

 

Quelques livres

Liste de livres et de CD
Comprendre l'hécatombe et l'enfer du soldat de la première guerre mondiale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

par "Le Commodore"

Pour comprendre l'hécatombe et l'enfer du soldat de la première guerre mondiale, il faut réaliser qu'elle vit la conjonction de deux paramètres:

  • la qualité de la génération qui l'a subie,

  • l'industrialisation de l'armement.

1- Les hommes sont pétris de principes, respectueux des valeurs viriles et romantiques. Une partie de la population française est chrétienne, en majorité catholique, l'autre athée, voire "anti-calotin", mais de structure morale chrétienne. Toutes deux communient dans le même culte, celui intransigeant de la PATRIE, humiliée par la défaite de 1870. Ce sentiment a été inculqué, avec le sens rigoureux des valeurs morales fondamentales, par un corps d'enseignants remarquables qui pratiquent davantage un sacerdoce qu'un métier. 80% des citoyens en armes sont des ruraux pour qui la notion de sol sacré n'est pas une vaine et fumeuse abstraction. Cette qualité humaine, digne du combat antique, explique la tenacité, le courage délirant avec lesquels ils vont supporter l'impensable pendant quatre interminables années.

Ils vont subir les effets de la guerre industrielle dont ils ne seront protégés que par le drap de leur uniforme et le cloaque des trous dans lesquels ils vont s'enterrer.

 

2- Les fusils sont à répétition. Ils tirent juste, vite et loin, sans fumée.

Les mitrailleuses ne sont plus ces engins expérimentaux lourds à plusieurs canons sur affût, tirés par des chevaux. Elles n'ont plus qu'un seul canon, refroidi pendant le tir, alimenté par bande. Facilement déplaçables à dos d'homme elles peuvent tirer "en continu", croisant leur feu. Elles tissent ainsi des "nappes" de balles, infranchissables par les seules poitrines humaines.

Les canons, eux, disposent de freins hydrauliques. Il n'est plus nécessaire de les repointer après le départ du coup. Ils reviennent en batterie chaque fois. Ceci autorise des cadences de tir hallucinantes - Plus de 10 coups/minute, parait-il, pour une équipe de pièce entraînée avec le 75 modèle 1897 français – Un tir d'artillerie en arrive à remuer plusieurs fois chaque mètre carré de son objectif. La consommation d'obus est délirante et prend de court les deux camps dès le début du conflit. Ils sont contraints de créer, en urgence, de nouvelles usines d'obus dans la première année de la guerre.

Cette artillerie sera à l'origine de 70% des pertes. Il faut ajouter à cet arsenal, effarant pour l'époque, des armes d'apocalypse : des mortiers ou "crapouillots" qui arrosent le fond des tranchées, des "marmites" qui bouleversent des pans entiers de terrain, les lance-flammes, les tanks, les avions, une guerre de sape et de mines à une échelle jamais envisagée – On fait sauter toute une hauteur avec l'ennemi qui la défend-

Enfin l'horreur au sein de l'horreur, les gaz. Plus lourds que l'air, ils coulent dans les tranchées, les abris, les "cagnas". Tant qu'il n'y a pas de vent, ils stagnent, obligeant les hommes à rester sous le masque dans le seul endroit où ils peuvent aller, la tranchée. Peu à peu la terre absorbe ces vapeurs empoisonnées, s'en imprègne. Certaines zones de combat – les fameuses zones rouges- 60 années plus tard, ne pourront plus porter d'autre végétation que malingre et rabougrie.

Sous le masque, les hommes étouffent, paniquent. Certains deviennent fous, arrachent leur masque et meurent la gorge, les poumons brûlés. Pour les autres, il fallait endurer, rester calme, ne pas penser à cet air vicié, mortel, qui noyait tout. Il fallait surtout garder son sang-froid quand en pleine alerte, on en arrivait au moment où il devenait nécessaire de changer la cartouche saturée. Bloquer la respiration déjà difficile, dévisser la cartouche, visser la suivante, résister à l'angoisse des premières reprises de la respiration. Quand les brouillards empoisonnés étaient dissipés la fin de l'alerte sonnait. On enlevait enfin le masque maudit qui avait permis de survivre et on respirait avec délice l'odeur écoeurante et infecte de viande pourrie qui baignait le vaste cimetière à ciel ouvert dans lequel on vivait.

 
Suivant >
Joomla! is free software released under the GNU/GPL-License.
Joomla Template Design Copyright Kanga Internet 2008